Les imprimantes d’étiquettes couleur, apparues il y a maintenant une douzaine d’années, permettent une grande flexibilité au moment de produire des étiquettes, souvent avec des qualités qualifiées de photographiques. De là le succès incontesté en temps que complément ou même alternative à la production classique en imprimerie analogique.
Mais quelle est la solution la plus adaptées à mes besoins ? Quels sont les principales branches technologiques ?
Lorsque nous parlons d’imprimantes couleur, il existe différentes marques spécialisées. Aussi, elles font usage de deux technologies disponibles pour le créneau industriel : le jet d’encre et le laser. La technologie jet d’encre expulse des gouttelettes d’encre sur un support préparé à cet effet avec une couche de vernis pour absorber l’encre à la vitesse d’impression, telle une éponge. Le laser, dont le prix d’achat est sensiblement supérieur, projette les couleurs sous forme de pigment en poudre, et les fixe en appliquant de la chaleur lors du passage dans le four de chauffe.

  • Avantages de travailler avec du jet d’encre : les imprimantes sont plus abordables, jusqu’à dix fois moins en fonction des modèles comparés avec le laser. La définition et les couleurs sont très supérieurs, avec des couleurs intenses.
  • Avantages de travailler avec du laser : quasiment tout type de support est accepté, vu qu’aucun vernis n’est equis pour fixer l’encre. La résistance des pigments est supérieure, aussi bien aux UVs de la lumière extérieure qu’à l’eau et à l’humidité.

À ce jour, le laser n’a pas encore atteint le stade de démocratisation auquel on s’attendrait, en raison de son coût d’acquisition élevé et de sa maintenance. Il s’agit d’une technologie jeune et prometteuse, au potentiel immense à suivre les prochaines années.

La tecnología inkjet es actualmente la que dispone de mayor proyección en el mercado industrial, y existen asimismo dos ramas de desarrollo: con cabezal de impresión móvil, o con cabezal de impresión fijo.

La technologie jet d’encre est actuellement celle qui dispose d’un maximum de projection dans le secteur industriel, et il y existe un deuxième niveau de division : à tête mobile ou à tête fixe.
Dans le premier cas, la tête d’impression se déplace nécessairement de bout en bout de la laize, pour couvrir toute la surface à imprimer. Cela comporte des temps d’impression plus longs à cause de cette mécanique, ainsi que l’usure du système de traction. Nous trouvons dans ce créneau la Epsom 3500, 6500, les Priméra 900, 910, 2000, et les VIPColor VP485 et VP495, entre autres. Elles sont idéales pour des productions artisanales de jusqu’à 2000 étiquettes par mois, aussi bien par rapport à la vitesse que par rapport au coût d’impression.

Au sujet du deuxième cas, lorsqu’il s’agit d’une tête fixe, la laize de celui-ci correspond avec la laize maximum de la zone d’impression (jusqu’à A4, 215 mm), de façon à ce qu’aucun mouvement de celle-ci n’est mis à contribution lors de l’impression. Ainsi, la vitesse est très supérieure, de 8 à 10 fois plus élevée par rapport à la gamme mobile. Les fabricants principaux sont Epson, avec son modèle 7500, et VIPColor, avec les VP700, VP750, VP600 et VP650. Ce segment, dit industriel, devient le plus compétitif au-delà des quantités artisanales, aussi bien pour les délais de production que pour les coûts à l’étiquette.